Photos.jpg (3468 octets)

    à gauche en 1975     au centre dans Tank Girl en 1995           à droite dans Mister Magoo en 1997

De son vrai nom Malcolm Taylor (McDowell était le nom de jeune fille de sa mère), Malcolm McDowell est né le 13 Juin 1943 à Leeds dans le nord industriel de l'Angleterre.
Il est le seul garçon d'une famille de 3 enfants.
Son père tenait un pub. Le jeune Malcolm Taylor y travaillait en fait comme serveur au lieu d'aller au collège.

N'étant pas disposé à reprendre l'affaire familiale, il entra dans la compagnie du Café Américain, la Chase and Sandborn, où il devint représentant.
La compagnie était située dans le Yorkshire, le plus grand comté d'Angleterre. Au volant de sa voiture, Malcolm sillonait le comté. Il vendait du café, des arachides aux particuliers mais également aux prisons, aux asiles psychiatriques. Il fut même pendant quelque temps dégustateur de café. Au bout de 9 mois, il ne supportait plus ce métier qui pourtant lui fournit l'inspiration pour co-écrire en 1973 le film semi-autobiographique "O Lucky Man !".
Chaque vendredi pendant cette période, sa petite amie disparaissait et Malcolm pensait qu'elle le trompait.

L'histoire du cinéma retiendra Malcolm McDowell pour son interprétation d'Alex, le délinquant baroque d'Orange Mécanique, voulu par Stanley Kubrick.
Un peu comme Anthony Perkins avec Psychose, il est aujourd'hui prisonnier pour l'éternité d'un rôle "trop" fort, "trop" mythique, "trop" en phase avec son interprète.
Ce qui ne l'a pas empêché, il y a quelques années, de se voir refuser une place gratuite pour aller revoir le film dans une salle des Champs-Elysées, la caissière ne l'ayant pas reconnu !

"Orange Mécanique est un film extraordinaire", dit l'acteur 25 ans plus tard.
"Même si je dois vivre mille ans, je ne pense pas retrouver un rôle aussi passionnant, aussi bien

écrit : j'ai adoré chaque seconde du tournage. Alex est un de ces personnages dont chaque comédien rêve secrètement d'incarner, c'est le Hannibal Lecter de son époque.
Des tas de réalisateurs s'en sont inspiré, notamment Martin Scorsese dans Taxi Driver.
Le fait qu'Orange Mécanique soit interdit en Angleterre me consterne. C'est scandaleux : ce film devrait être montré partout, je sais que, depuis sa sortie américaine, Kubrick a peur de se faire tabasser par des gangs à chaque coin de rue, ce qui est absurde.

Pourquoi s'en prendrait-on à lui ? L'idée ne lui appartient pas, c'est Anthony Burgess le vrai génie de l'histoire."


Sommaire


Copyright © 1999 Thierry Roy